Pink shirt Day/Journée du chandail rose

Loading Events
This event has passed.

Source: Pink Shirt Day

From humble beginnings supporting one bullied teenager in Nova Scotia, to helping thousands of youth in Canada.


Bullying is a major problem in our schools, workplaces, homes, and over the Internet. Over the month of February, CKNW aims to raise awareness of these issues through various initiatives centered around our
“Pink Shirt Day” campaign.

On February 28, 2018 we encourage everyone to practice kindness, and wear a CKNW Orphans’ Fund Official Pink Shirt, button, or pin to symbolize that you do not tolerate bullpink-boysying. While we wish we could take credit for this idea, Pink Shirt Day has its roots in Nova Scotia, started by two incredible high school students.

Here is a snippet of the Globe & Mail article that inspired CKNW Orphans’ Fund Pink Shirt Day:

“David Shepherd, Travis Price and their teenage friends organized a high-school protest to wear pink in sympathy with a Grade 9 boy who was being bullied [for wearing a pink shirt]…[They] took a stand against bullying when they protested against the harassment of a new Grade 9 student by distributing pink T-shirts to all the boys in their school. ‘I learned that two people can come up with an idea, run with it, and it can do wonders,’ says Mr. Price, 17, who organized the pink protest. ‘Finally, someone stood up for a weaker kid.’ So Mr. Shepherd and some other headed off to a discount store and bought 50 pink tank tops. They sent out message to schoolmates that night, and the next morning they hauled the shirts to school in a plastic bag. As they stood in the foyer handing out the shirts, the bullied boy walked in. His face spoke volumes. ‘It looked like a huge weight was lifted off his shoulders,’ Mr. Price recalled. The bullies were never heard from again.”

 

Will you join in by wearing pink on February 28, 2018? Have you made an effort to practice kindness and acceptance towards both yourself and others? Do you have a story about being bullied, how you stopped a bully or about how bullying has affected a loved one?  Share your experiences here by leaving a comment, or share your story on our Facebook page.

 

If you’re a student, print off this web page and give to your Principal / Headmaster / etc. so that your school can get involved. Also, drop us an email to let us know who you are, which school you attend, and what you will be doing to show your support for Pink Shirt Day! Use the #PinkShirtDay hashtag in your Instagram and Facebook posts, as well as tweets!Click here to learn how you, your school, business, or organization can begin a fundraising campaign. Also, join our Facebook Page by clicking HERE. Join in the conversation and show your support towards kindness, and against bullying!

Net proceeds from the official Pink Shirt Day t-shirts, pins and buttons, as well as all donations, go to anti-bullying initiatives that directly help youth in need. Find out more about where donations go by clicking here.

 Action:

#PINKSHIRTPROMISE

The world can be a negative place sometimes, but we aim to change that! We teamed up with Shaw and Coast Capital to bring back #PinkShirtPromise.
For every positive message posted on social media using #PinkShirtPromise, Shaw and Coast Capital donated $1 to support local bullying prevention programs. Our supporters participated in the following ways:

  • Posted a positive message using #PinkShirtPromise on Twitter, Facebook, Instagram, or LinkedIn from February 12 – 28
  • Used the custom Pink Shirt Promise Snapchat geo-filter on February 28
  • Encouraged  friends to make their #PinkShirtPromise on Twitter, Facebook, Instagram or LinkedIn

Do you promise to stand up to bullying? Do you promise to be kind to your peers? Do you promise to make the internet a positive place? We want to know!

The funds raised for CKNW Orphans’ Fund through #PinkShirtPromise will support numerous organizations, including the Red Cross: Beyond the Hurt Program and the Boys and Girls Club.

__________________________________________________________________________La

Source: Gouvernment du Nouveau-Brunswick

Journée du chandail rose vise à prendre position contre l’intimidation.

Cette journée a été créée à la suite d’un incident d’intimidation survenu à la Central Kings Rural High School, en Nouvelle-Écosse, en 2007. Le premier jour d’école, des élèves ont injurié un élève de neuvième année et l’ont menacé de le battre parce qu’il portait un chandail rose. Heureusement, deux élèves de 12e année ont décidé qu’il fallait faire quelque chose. David Shepherd et Travis Price ont acheté 50 chandails et débardeurs roses et les ont distribués à leurs amis en espérant de créer une « mer de rose » le jour suivant à l’école pour appuyer l’étudiant qui avait été intimidé. La nouvelle s’est répandue, et plusieurs autres élèves ont porté leur propre chandail rose.

Cette histoire a obtenu une publicité nationale. Alors, lorsque le gouvernement de la Colombie-Britannique a proclamé le 27 février comme étant la journée provinciale contre l’intimidation en 2008, il a demandé à tout le monde de porter des vêtements roses au travail et à l’école pendant cette journée. La Journée du chandail rose ne cesse de gagner en popularité depuis ce temps.

La Journée du chandail rose est une excellente réponse au problème persistant qu’est l’intimidation. Pendant trop longtemps, on pensait que l’intimidation était un rite de passage. Aujourd’hui, la passivité et le défaitisme ont fait place à une approche beaucoup plus dynamique visant à mettre fin aux torts graves que l’intimidation peut causer aux jeunes et aux établissements d’enseignement.

En plus d’être une question d’éducation sérieuse, l’intimidation est un problème relié aux droits de la personne. Il s’agit plus précisément d’une forme de harcèlement interdite par la Loi sur les droits de la personne. La loi interdit aux élèves et au personnel de faire du harcèlement fondé sur la race, la couleur, l’origine nationale, les lieux d’origine, l’ascendance, la religion, l’âge, l’état matrimonial, le sexe (y compris la grossesse), l’orientation sexuelle, l’incapacité physique et mentale, les convictions ou activités politiques et la condition sociale (désavantage en raison de la source du revenu, du niveau de scolarité ou de l’emploi). Bien que l’identité de genre ne soit pas mentionnée explicitement dans la loi, les tribunaux ont déterminé que la discrimination à cet égard est de type sexuel et qu’elle est donc interdite.

En vertu de la Loi sur les droits de la personne, le gouvernement provincial et les écoles doivent arrêter et prévenir l’intimidation pour les 14 caractéristiques mentionnées ci-dessus. S’ils ne le font pas, les élèves (âgés d’au moins 16 ans) ou leurs parents peuvent déposer une plainte auprès de la commission (1-888-471-2233). Une plainte peut être déposée dans plusieurs situations d’intimidation qui se produisent à l’extérieur de l’école (par exemple un élève fait de la cyberintimidation à l’extérieur des heures d’école et cela crée un environnement scolaire négatif pour l’élève intimidé).

Le ministère de l’Éducation et du Développement de la petite enfance a une Politique sur le milieu propice à l’apprentissage et au travail, qui ne se limite pas qu’aux 14 caractéristiques mentionnées dans la Loi sur les droits de la personne. La Loi sur l’éducation a été modifiée l’année dernière pour fournir au gouvernement provincial des outils supplémentaires visant à contrer l’intimidation, y compris les incidents d’intimidation et de cyberintimidation qui ont lieu à l’extérieur des heures d’école et qui ont des répercussions sur l’environnement scolaire. Ces modifications reconnaissent que l’intimidation ne peut plus être traitée de façon aléatoire selon les priorités de chaque école ou enseignant. La commission appuie les efforts du ministère de l’Éducation et du Développement de la petite enfance et le félicite d’avoir récemment nommé deux coordonnateurs de la lutte contre l’intimidation.

Bien entendu, ce type d’initiative est efficace seulement grâce aux efforts soutenus des élèves, des parents et des enseignants. C’est pour cette raison que la commission est heureuse d’appuyer la Journée du chandail rose. Les membres du personnel porteront des chandails roses à l’occasion de cette journée.

Actions:

La fréquence et les conséquences graves de l’intimidation ont été bien documentées. Beaucoup trop de jeunes ont quitté l’école ou se sont suicidés. Nous pouvons et nous devons faire mieux. La commission s’engage à faire ce qu’elle peut pour promouvoir l’égalité et mettre fin à l’intimidation. Au cours de l’année, nous ferons de la sensibilisation en matière d’intimidation et nous travaillerons pour enquêter sur les plaintes de discrimination ou de harcèlement, y compris l’intimidation, et les régler de façon rapide et efficace.