Skip to content

Info-Nego 2020

C’est l’impasse

Comme nous vous l’avons déjà annoncé, les promesses de négociations rapides avec les représentants patronaux ont plutôt démontré que ceux-ci tournaient en rond, en l’absence de tout mandat politique de la part du gouvernement.

Certes, nous avons eu un petit rayon d’espoir le 23 octobre dernier, lorsque les négociateurs du gouvernement nous ont annoncé qu’ils procédaient à un nouveau dépôt. Malheureusement, il s’agissait plutôt d’un retour en arrière, ramenant la majorité des propositions de départ du 17 décembre 2019, sans apporter d’amélioration significative à celles de mai, pourtant rejetées la FSE‑CSQ et l’APEQ. La partie patronale s’est contentée d’élaguer quelques éléments, la plupart étant mineurs, et de faire quelques propositions positives, mais qui restent nettement insuffisantes, surtout si on les mesure aux engagements pris par le parti au pouvoir.

Ainsi, les enseignantes et enseignants n’ont même pas été invités au soi-disant « blitz » annoncé par le gouvernement au début de novembre. Il n’y avait aucune accélération d’échanges ni de progrès à noter. Malgré ses beaux discours, le gouvernement n’a pas placé les problèmes criants des enseignantes et enseignants en haut de sa liste de priorités.

La FSE-CSQ et l’APEQ travaillent sur la base de leurs demandes recentrées de juin dernier, soucieuses d’en arriver à une entente satisfaisante qui apporte des améliorations significatives et concrètes aux conditions de rémunération et d’exercice des enseignantes et enseignants des écoles et des centres.

Le plus important problème dans les échanges est que, à ce jour, les représentants du gouvernement n’ont montré aucune ouverture significative aux principales attentes légitimes des enseignantes et enseignants, dont les besoins sont pourtant de plus en plus manifestes. Tant la FSE-CSQ que l’APEQ sont insatisfaites de l’absence de résultat jusqu’à présent. À l’évidence, les mandats politiques ne sont pas au rendez-vous, et les pourparlers arrivent à un cul-de-sac en ce qui concerne les enjeux fondamentaux pour les enseignantes et enseignants : la lourdeur de la tâche ; la composition déséquilibrée de la classe et l’insuffisance des services aux élèves en difficulté ; la précarité trop importante ; et les salaires, qui sont les moins élevés au Canada pour le personnel enseignant.

Pour lire le document, cliquez ici.

Partagez cette histoire, choisissez votre plateforme!

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email